Les pensionnés métallos Liège-Luxembourg toujours à la pointe du combat

Les pensionnés métallos Liège-Luxembourg toujours à la pointe du combat

Un billet des Métallos MWB.

Suite à l’article récemment paru sur la réforme des pensions, il nous est paru opportun de mettre en avant le rôle actif que joue depuis des années déjà la Commission des pensionnés et prépensionnés des Métallos Liège-Luxembourg.

Sous l’égide d’un bureau composé de quatre membres : Manolo Rodriguez (président), Nicolas Tsitsigos (vice-président), Joseph Tita (secrétaire) et Francis Raskin (vice-secrétaire), les membres de la Commission (anciens délégués Métal) se réunissent mensuellement afin de discuter de sujets d’actualité, de partager des expériences, de réfléchir sur des thèmes spécifiques aux pensions, mais aussi afin d’échanger sur l’actualité politique de la centrale des Métallos liégeois et de la FGTB.

La voix des pensionnés

Très actifs, les membres sont également présents lors des différentes manifestations afin de faire entendre la voix des pensionnés/prépensionnés.

Au travers de différents mandats, le président se fait le relais des revendications, avis et/ou propositions aux instances de la FGTB Métal Liège-Luxembourg, de la MWB, de l’interprofessionnelle Wallonne, etc., mais aussi au niveau des structures de l’Etat comme l’Office national des pensions ou encore au niveau politique dont notamment la ministre en charge des pensions.

En outre, les trois Commissions de la MWB (Hainaut-Namur, Bruxelles et Liège-Luxembourg) se réunissent plusieurs fois par an afin d’échanger, de partager et ainsi de porter ensemble des revendications et publient également un journal d’information et de réflexion (Antirouille).

Des pensionnés en souffrance

Joseph Tita nous explique qu’aujourd’hui, les pensionnés sont en souffrance. Si la revalorisation de la pension minimum est un combat important à mener, on se rend compte, nous explique-t-il que les pensions n’augmentent plus suffisamment face à l’évolution du coût de la vie. Et d’ajouter qu’il faudrait que l’enveloppe bien-être soit adaptée automatiquement et non liée aux négociations interprofessionnelles servant alors d’arme de chantage du patronat face aux syndicats.

Joseph Tita

La Commission souhaite ainsi l’application de la loi Namèche (1973) qui visait à instaurer un mécanisme destiné à améliorer le régime de pension des travailleurs salariés afin d’éviter toute dégradation des pensions face aux revenus moyens des travailleurs (en 1974 cela représentait + 4%). « Cela permettrait aux pensionnés de mieux pouvoir faire face à l’inflation notamment pour ceux et celles qui sont locataires et qui vivent aujourd’hui des situations de plus en plus tendues. Ils n’arrivent plus à faire face à leurs dépenses quotidiennes. »

Retour à 65 ans

La Commission réclame en outre un retour en arrière en ce qui concerne l’âge de la pension afin de revenir à 65 ans, de permettre des prépensions dès 60 ans voire plus tôt dans les métiers lourds et une pension minimum à 1.600 euros nets.

Le dynamisme de la Commission des pensionnés du Métal Liège-Luxembourg n’est donc plus à démontrer et comme le dit si bien Joseph, quand on est pensionné, on se rend véritablement compte de l’importance de mener le combat pour la défense d’un système de pension juste et digne pour toutes et tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire aussi x

Syndicats Magazine

GRATUIT
VOIR