Pensions : les réponses à vos questions

Pensions : les réponses à vos questions

La pension. Pour beaucoup, un moment fort attendu. Et craint, en même temps. « J’aurai droit à quoi? Et à combien? » En fonction de la carrière, les situations divergent. En juillet dernier, le kern[1] a accouché de nouvelles mesures qui complétent la réforme des pensions. Ces mesures devraient entrer en vigueur le 1er janvier 2024. Elles doivent encore être soumises aux interlocuteurs sociaux et donc à la FGTB. Nous avons reçu de très nombreux messages suite à notre dernier article. Cette réforme suscite beaucoup de questions parmi nos lecteurs. Nous répondons ici aux plus fréquentes d’entre elles.

A combien s’élève la pension minimum ?

Le 1er août 2022, la pension minimum garantie s’élevait à 1533 € euros brut pour une carrière complète. En janvier 2024, elle passera à 1 784 euros brut. Cela représente plus de 1600 euros nets pour une personne isolée. Il s’agit bien ici du montant complet.

Est-ce que tout le monde y a droit ?

Non. Les travailleurs doivent prouver deux tiers d’une carrière complète (= 30 ans) pour avoir accès à la pension minimum garantie, qui sera alors calculée au prorata de la carrière. Celles et ceux ayant accumulé au moins 15 ans de carrière, sans condition de travail effectif, auront le droit minimum de pension par année de carrière ou salaire minimum garanti.

Il existe également la Garantie de Revenus des Personnes Âgées (GRAPA) pour les personnes qui n’ont pas droit à la pension, moyennant certaines conditions. Ce revenu a été revalorisé et atteindra les 1 589 euros en 2024 pour une personne isolée.

Combien d’années de travail effectif pour accéder à la pension minimum ?

Avec la nouvelle réforme des pensions, il faudra désormais 20 ans de travail effectif (parmi les 30 ans de carrière nécessaire à l’ouverture des droits) pour pouvoir accéder à la pension minimum. Certaines périodes, comme le chômage, même temporaire, ne seront plus comptabilisées dans ce calcul. Les périodes d’incapacité de travail seront, elles, partiellement prises en compte pour l’accès à la pension minimum. Par contre les congés de maternité, d’allaitement, les congés pour soins palliatifs et l’invalidité pour cause de handicap seront assimilés.

Attention : la condition de travail effectif n’ouvre pas le droit au montant complet de la pension minimum. Le montant restera calculé en fonction des jours travaillés et assimilés sur la carrière. Par conséquent, une personne qui a travaillé pendant 30 ans, ne recevra que 30/45e du montant total de la pension minimum.

A quel âge puis-je partir à la pension ?

En Belgique, l’âge officiel de départ à la pension est de 65 ans. Toutefois, la loi prévoit une augmentation progressive de l’âge de la pension à 67 ans : 66 ans à partir de 2025 et 67 ans à partir de 2030. C’est un cadeau du gouvernement Michel.

Puis-je partir à la pension plus tôt ?

Oui, si le nombre d’années de carrière en ce compris les périodes dites assimilées est suffisant. On peut partir à la pension à 63 ans avec 42 années de carrière, à 61 ans après 43 ans et à 60 ans après 44 ans. Mais attention : un départ anticipé à la pension a des conséquences financières. Partir après 42 ans de carrière signifie recevoir une pension équivalente à 42/45ème d’une pension complète.

La possibilité de lier l’accès à la pension anticipée à la condition unique d’une carrière de 42 années ne figure pas dans la nouvelle réforme. La raison? Plusieurs partis de la coalition gouvernementale veulent lier cela à une condition (stricte) d’emploi effectif. Cela aurait par conséquent fait perdre l’accès à la pension anticipée à plusieurs milliers de travailleurs. De plus, les mêmes veulent remettre en cause les pensions de la fonction publique. Alors que notre objectif est de tendre vers ces régimes de pension pour toutes et tous.

Que cela signifie-t-il pour les personnes qui travaillent à temps partiel ?

Pour les personnes qui travaillent à temps partiel, les 20 années d’emploi effectif correspondent à 3120 jours (20 x 156 jours) de travail. Selon les estimations de la FGTB, de nombreux travailleurs et travailleuses à temps partiel perdront l’accès à la pension minimale. Plus particulièrement, cela concernerait à 20% des (futurs) bénéficiaires potentiels. Pour certains d’entre eux – par exemple, les personnes qui combinent des contrats à temps partiel avec des périodes  assimilées – une perte de pension de plus de 200 euros est à craindre.

80% des emplois à temps partiel sont occupés par des femmes. 43% des femmes travaillent à temps partiel. Et c’est rarement un choix. Dans les secteurs dits « féminins » les employeurs ne leur proposent pas de temps plein. Elles seront donc sanctionnées pour quelque chose qui leur est imposé.

Ces nouvelles mesures ont-elles un impact sur les personnes déjà pensionnées ?

Non. En pratique, rien ne change pour les pensionnés actuels, ni pour les personnes qui auront 55 ans au 1er janvier 2024 et qui remplissent les conditions actuelles d’accès à la pension minimum.

En quoi consiste le bonus pension ?

Pour encourager les personnes à travailler au-delà de l’âge de la pension anticipée (dès 60 ans), un bonus pension sera octroyé à chaque travailleur qui souhaite prolonger l’effort. Le montant du bonus pension n’est pas encore connu. Il sera de 2, 2,5 ou 3 euros par jour travaillé. Le Bureau du Plan doit encore étudier cela. Le période maximale est de trois ans. Pour les pensions les plus basses, la pension mensuelle nette pourrait ainsi augmenter d’environ 98 € (bonus de pension de 2 €) à 143 € (bonus de pension de 3 €).

Est-ce qu’il y a quelque chose de prévu pour les travailleurs qui effectuent des métiers pénibles ?

Rien n’a encore été proposé par le gouvernement. Pourtant l’espérance de vie en bonne santé est en moyenne de 65 ans et l’âge légal de départ de la pension sera prolongé à 67 ans… Le combat continue.

Il existe toutefois certaines mesures dans le secteur privé. Le régime de chômage avec complément d’entreprise (RCC ou ex-prépension) est accessible à partir de 60 ans sous certaines conditions. Par métier lourd, il faut entendre : travail de nuit, travail en équipes et services interrompus. Il existe aussi le RCC médical, accessible sous conditions à partir de 58 ans.

  • Pour plus d’infos sur la pension rendez-vous sur la page du Service fédéral des Pensions : www.sfpd.fgov.be/fr ou appelez gratuitement le 1765.
  • Pour toute question relative à votre situation personnelle par rapport à la pension, nous vous conseillons de contacter les « points pensions » du Service des Pensions. Il y en a certainement un près de chez vous. Toutes les adresses sont ici.
  • Pour calculer votre pension cliquez ici.
Les explications reprises dans cet article sont à prendre « au conditionnel ». Comme expliqué ci-dessus, les mesures annoncées par le kern doivent encore être soumises aux interlocuteurs sociaux et donc à la FGTB.   Pour la FGTB, la question dite du pouvoir d’achat est bien plus large que la question des salaires. Les pensions belges sont parmi les plus basses d’Europe. Nous continuons notre combat pour des pensions décentes qui permettent à chacun et chacune d’avoir le pouvoir de vivre et pas de… survivre !

[1] Le Conseil des ministres restreint.

6 réactions sur “Pensions : les réponses à vos questions

  1. Bonjour,Je travaille dans le secteur privé depuis l’âge de 14 ans j’en ai 59 donc 45 ans de travail pénible pour moi,Je suis tailleur de pierres ! Il existe des accords de RCC (prépension)qui se terminera le 30 Juin 2023 mais moi , à moins que notre cher gouvernement se décide à prolonger ses accords je n’aurais pas droit part apport à ceux qui sont nés avant le 30 Juin puisque je suis venu au monde le 01/08 /1963 un mois en retard,c’est con…. !
    Voilà en gros mon histoire professionnelle,si vous voulez plus d’explications ou si vous savez m’aider dans quelque chose je suis à votre disposition.
    PS. Je suis sindiqué à la FGTB depuis 45
    Cordialement.

  2. Pourquoi une différence de revenu de pension entre un salarié ayant travaillé dans le secteur public par rapport à un salarié travaillant dans le privé? Même nombre d’années et même profession.?

    1. parce que tout simplement les salaires à la base sont moindres et que ces fonctionnaires sont imposés plus forts que l secteur privé, à savoir à 7,5%. il est alors normal qu’il y aie une différence à la sortie.

  3. Pour les personnes déjà pensionnées : si un pensionné touche aujourd’hui un montant supérieur à la pension minimale, gardera t-il cet « avantage » par rapport aux nouveaux pensionnés ?

  4. bonjour, ah bon? ben moi parceque j’ai épargné pour une épargne pension, on m’a diminué ce a quoi j’avais droit apres 45 ans de carriere .j’ai plus ou moins 1400 euro.C’est scandaleux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire aussi x

Syndicats Magazine

GRATUIT
VOIR