Mestdagh : une page se tourne, quel avenir pour les travailleurs ?

Mestdagh : une page se tourne, quel avenir pour les travailleurs ?

Depuis l’annonce de la fin de la franchise avec Carrefour, il y a près de trois mois, les travailleurs de Mestdagh se demandaient à quelle sauce ils allaient être mangés. Ce 1er mars, lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire, ils ont appris que ce serait finalement le groupe Intermarché qui reprendrait le flambeau à partir du 1er janvier 2023.

Sous quelles conditions?

Pour l’instant, l’incertitude règne toujours sur la manière dont cette reprise s’effectuera, sous quelles conditions et avec quelles conséquences pour le personnel. Une situation très difficile à vivre pour les travailleurs concernés :« Actuellement, nous n’avons aucune garantie », nous dit-on sur place. « Ce que nous savons, c’est qu’à partir de janvier prochain, la page Carrefour se tourne. Intermarché sera le nouveau propriétaire des magasins et des entrepôts mais nous ignorons ce qu’ils comptent faire exactement. Faut-il s’attendre à des fermetures de magasins? Sous quelle forme serons-nous repris ? Quel sera l’impact sur l’organisation et les conditions de travail ? Qu’en sera-t-il des entrepôts ? C’est une nouvelle période d’incertitude qui s’ouvre pour nous…« 

« Suite à l’annonce de la fin de la collaboration avec Carrefour, nous savions que des pourparlers étaient en cours, plusieurs candidats repreneurs avaient été évoqués. Mais la décision de la revente complète au groupe Intermarché nous a tout de même surpris. La famille Mestdagh a revendu au plus offrant sur le plan financier, pas à celui qui serait le plus offrant socialement. Après 120 ans d’existence, les fondateurs historiques du groupe ont peu à peu délaissé l’entreprise. Ils quittent aujourd’hui complètement le navire à travers une juteuse opération commerciale qui va rapporter gros aux actionnaires, sans se préoccuper de ce qu’il adviendra des travailleurs qui se démènent pourtant depuis des années pour faire perdurer l’entreprise. »

Des attentes de garanties

L’accord signé entre Mestdagh et Intermarché doit encore être validé par l’autorité de la concurrence pour pouvoir être effectif dès janvier 2023. Les représentants des travailleurs ont d’ores et déjà convoqué un CE extraordinaire le 17 mars prochain. Ils réclament des éclaircissements et surtout des garanties quant à l’avenir : concernant le modèle commercial qui serait mis en œuvre, les conditions de travail et l’emploi, l’organisation du travail, les structures des magasins, la logique commerciale, la gestion logistique et administrative.

Les syndicats restent sur le qui-vive et feront le maximum pour défendre et préserver les intérêts du personnel. Après des années de transformations, de restructurations, de nouvelles organisations, les travailleurs ont déjà été mis à rude épreuve. Ils ont aujourd’hui le droit d’obtenir des réponses et de savoir de quoi sera fait leur avenir.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire aussi x

Syndicats Magazine

GRATUIT
VOIR