Mobilité : faire mieux au quotidien !

Mobilité : faire mieux au quotidien !

La dernière enquête fédérale « diagnostic mobilité domicile-lieu de travail »(résultats parus en 2018) a montré que le vélo est adopté par de plus en plus de travailleurs et travailleuses. L’utilisation de la voiture se stabilise, sans réellement diminuer.
La répartition des modes de déplacement varie selon la région : alors que la Flandre voit l’utilisation du vélo augmenter (17 %), ce sont les transports en commun qui sont utilisés pour la majorité des déplacements à Bruxelles (53 %), et la voiture reste le mode le plus utilisé en Wallonie (83 %).

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Une nouvelle enquête de mobilité est en cours au sein des entreprises de plus de 100 travailleurs et travailleuses, depuis quelques semaines. Pourquoi ne pas « mixer » les moyens de transport, pour se déplacer de manière plus intelligente, plus propre, et plus collective ? C’est autour du thème de l’intermodalité que s’articulait la « semaine de la mobilité », cette année en Wallonie !

En Flandre, cette même semaine de la mobilité abordait le thème de la santé. Car la mobilité a bien évidemment un impact sur le bien-être. Une mobilité bien pensée permet à chacun, notamment aux personnes âgées, de conserver un mode de vie actif. Des recherches montrent que des politiques de transports publics adaptées aux personnes âgées — tels que les billets de train et de bus moins chers — augmentent considérablement l’utilisation de ces moyens de transport par nos aînés. Des études montrent également que des temps de trajet plus courts, pour les déplacements privés comme professionnels, favorisent le bien-être mental. Enfin, la marche et le vélo ont bien entendu impact positif sur la santé physique !

Réfléchir à sa mobilité, ce n’est que du positif, pour soi et pour la planète !

Mobilité : c’est l’heure du diagnostic !

Tous les trois ans, les entreprises qui occupent plus de 100 travailleurs se doivent de remplir l’enquête « Diagnostic mobilité sur les déplacements domicile-travail », organisée par le SPF Mobilité et Transports. L’édition 2020 a été reportée à cette année par la crise Covid. L’enquête a donc démarré le 30 juin dernier, et se poursuit jusqu’au 31 janvier 2022. Certain·e·s d’entre vous ont peut-être déjà reçu une invitation à répondre à cette enquête.

Une obligation légale

La réalisation de ce diagnostic mobilité est une obligation légale depuis 2005. L’objectif est double. « D’une part, il permet de recueillir des données sur les déplacements domicile-travail en Belgique, et les politiques de mobilité que les entreprises mettent en œuvre. Ces données sont ensuite relayées et utilisées par de nombreux acteurs de la mobilité (pouvoirs publics, consultants, universités…). D’autre part, il a comme objectif d’instaurer, de poursuivre et d’améliorer le dialogue sur la mobilité au sein de l’entreprise ou de l’institution par le biais de la concertation avec les représentants des travailleurs. » (source : SPF Mobilité et Transports).

Diagnostic mobilité : pour qui ?

  • Tous les employeurs qui occupent plus de 100 personnes. Des réponses doivent être fournies pour chaque unité d’établissement où se rendent régulièrement plus de 30 travailleurs et travailleuses.
  • L’enquête concerne environ 4.000 employeurs, et un travailleur sur trois en Belgique.

Le questionnaire se remplit exclusivement en ligne. Plusieurs méthodes sont envisageables. Soit les membres du personnel sont interrogés individuellement sur leurs habitudes de mobilité, soit les données sont connues et le service des ressources humaines répond directement à l’enquête. La dernière édition remonte à 2017. Elle a permis des statistiques très précises, jusqu’au niveau communal. Ce qui permet de voir les disparités, par commune, entre les modes de transport utilisés.

Adaptation à la crise sanitaire

La crise sanitaire a bien entendu bouleversé la mobilité des travailleurs et travailleuses. De nombreuses personnes ont travaillé de leur domicile la plupart du temps. L’enquête aura néanmoins lieu en tenant compte de ces personnes. Elle s’attardera notamment sur leurs habitudes normales (hors période de crise).
La concertation sociale est également importante pour cette enquête : l’avis du Conseil d’entreprise est obligatoire pour sa validation. Dès réception des résultats, le SPF traite les données et remet un rapport, qui revient alors vers l’entreprise.

Le diagnostic ne se contente pas de recueillir des informations sur la façon dont les gens se déplacent, il permet aussi de lier cette information aux politiques de mobilité des entreprises et institutions. Le processus a également pour but d’encourager et d’aider les entreprises à mettre en œuvre des mesures favorisant l’utilisation des modes de transport durables.

SPF Mobilité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire aussi x

Syndicats Magazine

GRATUIT
VOIR