Protégeons notre démocratie

Protégeons notre démocratie

« La démocratie devrait assurer au plus faible les mêmes opportunités qu’au plus fort », écrivait Mahatma Gandhi en 1953. « Devrait ». Car, à l’époque comme aujourd’hui, d’aucuns profitent toujours de plus belles opportunités que d’autres. On concède des miettes aux uns, quand des ponts d’or continuent d’être accordés aux autres. Actionnaires et travailleurs vivent dans des réalités de plus en plus éloignées. Le « camp d’en face » est de moins en moins ouvert aux revendications des syndicats, des salariés, de la société en général. Le débat démocratique s’enlise. Ensemble, protégeons notre démocratie.

Il est temps de revenir à des valeurs solidaires, progressistes. Défendre la démocratie passe par la défense de la liberté d’expression, de l’exercice des droits syndicaux, de la concertation, des acquis sociaux, et bien entendu des intérêts des populations les plus fragiles. C’est aussi lutter contre les discours de haine, le racisme. Et afficher, toujours, nos idéaux d’égalité et de justice sociale.

S’élever contre les discours de haine

Combattre les idées d’extrême droite est une priorité pour la FGTB. Dans le monde, en Europe, mais aussi chez nous, des mouvements haineux et xénophobes s’appuient sur un sentiment généralisé d’angoisse, de méfiance vis-à-vis du monde politique, et sur une paupérisation croissante, pour diffuser leur message nauséabond. Le combat contre ces groupes passe par une réduction des inégalités, par une convergence de nos luttes et une opposition permanente à la banalisation des discours de haine, tant dans les médias que sur la place publique.

À Liège, le 1er mai dernier, le groupuscule raciste Nation/Nationale Beweging tentait de récupérer « notre » Fête du Travail sur la place Saint-Lambert. Une manifestation avait été annoncée, puis heureusement interdite par les autorités locales. Plus inquiétante par contre, l’interdiction d’une manifestation antifasciste, au même endroit, à laquelle la FGTB prenait part. Difficile d’entendre que l’on traite de la même manière des initiatives aux objectifs et aux valeurs si différentes.

L’action syndicale comme outil de démocratie

Acteurs de lutte par excellence, les syndicats sont également des garants de la démocratie, de la défense des travailleurs, travailleuses, allocataires sociaux. Il y a cent ans cette année que le droit de grève ne constitue plus, en Belgique, une infraction pénale. Pourtant, l’on sait que des camarades, à Anvers comme à Liège, ont été condamnés pour avoir exercé ce droit. Des condamnations qui reflètent, une fois encore, une volonté de certains de faire taire les revendications du monde du travail, et de freiner le progrès social.

La démocratie est fragile, jamais acquise pour toujours. Le « monde d’après » Corona se construit aujourd’hui. À nous de ne pas entériner les pertes de libertés individuelles et collectives, à nous de garder l’oeil ouvert et la conscience éveillée afin de ne jamais nous habituer aux déclins démocratiques silencieux. Quelle qu’en soit la forme, quel qu’en soit le prétexte.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire aussi x

Syndicats Magazine

GRATUIT
VOIR