Chope tes allocs !

Chope tes allocs !

Commençons par un chiffre. Depuis janvier 2015, 53.000 personnes ont été exclues des allocations d’insertion – dont 2/3 de femmes – et environ 10.000 chaque année n’ont pas été admises. Soit plus de 100.000 personnes au total. Que s’est-il passé? Le système des allocations d’insertion a subi au fil des ans de nombreuses attaques de la part des gouvernements successifs. A travers les modifications répétées, c’est une grande partie de la jeunesse qui a été poussée vers la précarité.

Des recours en justice

Une lueur d’espoir vient cependant faire irruption dans ce tableau morose. En effet, la FGTB a accompagné un nombre important de jeunes dans des recours en justice qui ont récemment porté leurs fruits. C’est dans ce contexte que les Jeunes FGTB lancent leur campagne « Chope tes allocs » qui vise à poursuivre cet accompagnement et à interpeller le monde politique sur la situation de ces quelque 100.000 personnes injustement exclues ou non-admises au droit à ces allocations.

Rétroacte : Qu’est-ce que l’allocation d’insertion ?

Pour bénéficier d’allocations d’insertion, les jeunes demandeurs et demandeuses d’emploi doivent d’abord passer par le stage d’insertion professionnelle : une période de recherche d’emploi d’un an après leurs études. Durant cette période, les jeunes ne percevront pas de revenu de la part de l’ONEM. Le Forem (en Wallonie) ou Actiris (à Bruxelles) contrôlera leur recherche d’emploi à deux reprises. Au terme de ce stage d’insertion, si les deux évaluations ont été positives, le ou la jeune pourra commencer à percevoir des allocations d’insertion : un montant forfaitaire, à peine supérieur au revenu d’intégration sociale. Cependant, certaines conditions limitent ce droit.

Limitées à l’âge de 25 ans

Anciennement, le jeune devait faire sa demande d’allocation d’insertion avant l’âge de 30 ans. En 2014, le gouvernement Michel a diminué cette limite d’âge à 25 ans. Dans les faits, si la personne a plus de 25 ans à la fin de son stage d’insertion, elle ne pourra pas recevoir d’allocations d’insertion. Cela signifie qu’il faudrait nécessairement avoir terminé ses études avant 24 ans pour pouvoir ouvrir son droit aux allocations d’insertion : plus de place ni pour l’erreur, ni pour les études de longue durée.

Limitées à 3 ans

De la même manière, il fut un temps où les allocations d’insertion étaient illimitées dans le temps. Mais depuis le 1er janvier 2012, ces allocations sont limitées à 3 ans, sans condition d’âge pour les cohabitant·es et à partir de 30 ans pour les personnes isolées et celles ayant « charge de famille » (le couperet tombant donc pour elles à l’âge de 33 ans). Passé ce délai, l’ONEM exclut tout simplement les personnes concernées, les laissant sans aucune source de revenus du jour au lendemain.

Des mesures injustes

Au fil du temps, les modifications incessantes des conditions d’accès aux allocations d’insertion ont fini par rendre ces dernières presque inaccessibles. Les allocataires d’insertion étaient 100.307 en 2013. Sept ans plus tard, on n’en comptait plus que 30.025, soit une chute du nombre de personnes indemnisée de 70% ! Aujourd’hui, de nombreux jeunes, dont beaucoup de femmes, se retrouvent privés d’allocations d’insertion. L’objectif officiel de ces modifications était, soi-disant, d’accélérer l’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi. Ce, afin d’atteindre un équilibre budgétaire et de diminuer le déficit des pouvoirs publics.

Mais dans les faits, les jeunes se voient simplement encore plus précarisés. Celles et ceux qui effectuent des études de longue durée sont pénalisé·es. Comment d’ailleurs chercher de l’emploi sans ressource financière permettant d’assumer le coût des impressions de documents, des déplacements, des tenues, etc. ? Les jeunes gens se retrouvent contraints d’accepter des jobs mal payés, ubérisés ou sous-qualifiés, aux statuts précaires : une main d’œuvre bon marché et corvéable à merci pour le patronat. C’est la vieille équation de la droite : précariser l’assurance chômage et les sans-emploi pour précariser les conditions de travail et de salaire de toutes et tous.

Priver les jeunes d’allocations d’insertion, c’est aussi les priver du seul tremplin financier existant pour s’émanciper. Ces restrictions sont inadmissibles. Les Jeunes FGTB n’ont jamais abandonné le combat et lancent aujourd’hui une nouvelle campagne visant à abolir ces réglementations injustes.

Comment « choper tes allocs » ?

Dès l’annonce de ces mesures, la FGTB s’y est opposée sur tous les fronts : dans la rue, les médias, les débats… Mais aussi devant les tribunaux. Et cela commence enfin à porter ses fruits. Des centaines de recours ont en effet été déposés. Plus d’une cinquantaine d’entre eux ont déjà connu une issue favorable : la réintégration des sans emploi dans leurs droits. L’ONEM a renoncé à faire appel, reconnaissant donc implicitement les arguments avancés par la FGTB.

Malheureusement, malgré cela, le gouvernement n’a pas encore décidé de respecter les décisions de justice… et de revenir sur ces mesures. La voie juridique reste donc, pour le moment, la seule solution.

Concerné.e ? : les Jeunes FGTB peuvent te venir en aide !

Si tu n’es pas encore affilié·e, il te suffira de t’affilier gratuitement aux Jeunes FGTB. Le service juridique de la FGTB s’occupera de relayer ta demande auprès de l’ONEM.

Pour t’affilier gratuitement, remplis notre formulaire d’inscription sur jeunes-fgtb.be/fr/me-syndiquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire aussi x

Syndicats Magazine

GRATUIT
VOIR