FGTB Liège-Huy-Waremme : après les inondations

FGTB Liège-Huy-Waremme : après les inondations

Le jeudi 15 juillet dernier, des intempéries sans précédent se sont abattues sur la province de Liège. Une fois les eaux retirées, ne subsistent que les chiffres. Témoignage désespérant des conséquences désastreuses de ces inondations pour la population. Plus de 30 000 personnes sinistrées, plus de 15 000 logements endommagés, voire totalement détruits. Trop nombreuses sont les personnes qui ont absolument tout perdu.

Une réalité… surréaliste

Les images, relayées en masse par les médias, ont exposé l’ampleur du sinistre. Quartiers ensevelis, voitures flottantes et personnes sinistrées ayant trouvé refuge sur le toit de leur habitation. Tel fut le spectacle navrant diffusé en boucle sur nos écrans. Réalité… surréaliste tournoyant 48 heures durant.

Les bâtiments de la FGTB Liège-Huy-Waremme ont été épargnés par les eaux. En plus du bâtiment central de la place St-Paul, la Régionale compte 14 bureaux répartis en région liégeoise. Dont des bureaux à Aywaille et Chênée, communes particulièrement touchées par les inondations.

Le travail a dès lors pu se poursuivre, avec une orientation particulière au regard de la situation.

Service d’aide aux victimes

Un service spécifique d’aide aux victimes a immédiatement été mis en place afin de répondre aux questions des travailleurs et travailleuses sinistrés. Les premières questions traitaient logiquement des absences au travail et du chômage temporaire. Ce service existe encore aujourd’hui et perdurera au moins jusqu’à la fin de l’année. Il a vocation à aider les sinistrés dans toutes leurs démarches administratives : chômage, contact avec les administrations, ou relais auprès des assurances. Car à l’urgence des lendemains succèdent chaque jour de nouveaux problèmes. Dans ce contexte perpétuellement mouvant, la FGTB Liège-Huy-Waremme entend se montrer présente envers chacune et chacun de ses affiliés.

Durant cette catastrophe sans précédent, la FGTB Liège-Huy-Waremme a démontré que la solidarité n’était pas qu’un slogan imprimé sur un t-shirt. Elle a œuvré et continuera d’œuvrer en faveur de toutes et tous ses affiliés, afin qu’ils retrouvent un semblant de vie normale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire aussi x

Syndicats Magazine

GRATUIT
VOIR