EDITO | Et surtout la santé!

EDITO | Et surtout la santé!

2022, revoilà l’époque des vœux et des bonnes résolutions. Une période où l’on se souhaite le meilleur, « et surtout la santé ». Une santé plus que jamais essentielle en ces temps troublés. Une santé à protéger, à chérir, si on a la chance de l’avoir. Mais une santé qui, on le sait, ne dépend pas seulement du hasard.

La pauvreté, c’est mauvais pour la santé

Se chauffer, manger à sa faim, vivre dans un logement correct, avoir du temps pour soi: ce ne sont pas des privilèges, mais des indicateurs, tout simplement, d’une vie digne. Des paramètres indispensables à une bonne santé, physique et mentale. A contrario, la pauvreté et ses conséquences – mal-logement, report de soins, difficultés à remplir son frigo – amènent leur lot de drames sanitaires. Notre baromètre socio-économique, paru voici quelques semaines, ne dit pas autre chose : « La santé et l’espérance de vie dépendent du statut social – niveau d’éducation, statut d’activité, niveau de revenu. Plus ce statut est faible, plus les risques pour la santé sont élevés. »

La vie est trop chère, les salaires sont trop bas

Améliorer les conditions de vie de toutes et tous, c’est donc, aussi, un geste sanitaire. Plus encore aujourd’hui, quand on connaît les conséquences sociales et économiques de la pandémie sur les ménages. Le covid « rajoute une couche » à une pauvreté déjà criante. Les ménages les plus fragiles ont subi les plus grosses pertes financières pendant la crise. Les factures sont impayables. Ces derniers mois, près d’un million de Belges ont demandé un report de paiement de leurs factures de gaz et d’électricité. De décembre 2020 à décembre 2021, les prix augmentaient en moyenne de 5,71%.

Un dernier chiffre : 8,4% des travailleurs dits « pauvres » ne peuvent plus se chauffer en Belgique (source ETUC). C’est plus qu’aux Pays-Bas et en Allemagne, moins qu’en France. Mais c’est de toute façon trop. C’est pour cela que nous réclamons, entre autres mesures, un retour de la TVA à 6% sur les produits énergétiques. Une revendication que nous étions les seuls à porter, mais qui commence – enfin ! – à faire son chemin dans les rangs gouvernementaux. C’est aussi pour cela que nous nous battons pour que l’indexation automatique des salaires et des allocations sociales ne soit en aucun cas remise en question. Ni sur le fond, ni sur la forme.

Il est temps de changer la loi sur les salaires : signez la pétition !

Mais il faut aller plus loin. Il faut amener nos dirigeants à prendre de vraies bonnes résolutions. Comme l’augmentation des revenus, pour tout le monde. L’amélioration de l’accès à une pension digne. La modification de la loi sur la norme salariale, dite loi de 96.  Une loi, faut-il le rappeler, qui vient étouffer le monde du travail et empêcher la négociation de vraies augmentations salariales. Aujourd’hui, l’ensemble du monde syndical s’unit pour réclamer que le débat sur les salaires soit porté au parlement. Il est temps de contraindre les représentants politiques à s’emparer de ce sujet. Pour cela, nous lançons un mouvement citoyen d’envergure, via une pétition officielle adressée à la Chambre. L’objectif : 25 000 signatures. Car c’est ce qu’il faut, légalement, pour qu’un texte citoyen soit ajouté à l’agenda parlementaire. Alors mettez la pression, et signez la pétition. Ce texte permettra également de remettre la pression sur les employeurs.

Camarades, nous vous adressons nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année. Mais nous savons qu’il n’y aura pas de miracle sans lutte. Les résolutions, c’est à nous de les imposer. C’est à nous, toutes et tous, travailleurs et travailleuses, de nous mobiliser pour que le progrès social gagne du terrain. Cette année encore, restons solidaires, unis et combatifs!

Thierry Bodson et Miranda Ulens, Président et Secrétaire générale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire aussi x

Syndicats Magazine

GRATUIT
VOIR