Les Métallos en actions partout en Europe pour de meilleurs salaires

Les Métallos en actions partout en Europe pour de meilleurs salaires

Un billet de Hillal Sor, Secrétaire Général de la MWB

Le monde du capital n’en finit pas de précariser les travailleurs et les travailleuses. La vie augmente, à tous les niveaux. Il devient de plus en plus difficile de joindre les deux bouts. On ne compte plus les ménages à 2 revenus qui émargent au CPAS ou qui font appel à l’aide alimentaire. Certains salariés dorment dans leur voiture sur le parking des usines car se rendre au travail leur coûte trop cher. D’autres ne cachent plus qu’ils préfèreraient être placés en chômage économique et optent pour le repli sur eux-mêmes comme seule garantie à la moindre dépense.

Outre les prix des carburants qui flambent, les besoins essentiels, tels que se nourrir ou même se soigner,
deviennent un luxe. Le coût de la vie devient exorbitant et les salaires ne peuvent plus couvrir les dépenses, aussi basiques soient-elles.

Les revendications des travailleurs

Et pourtant, la reprise économique d’après COVID est bien engagée. Comment les patrons du BEL20 pourraient-ils justifier les 14 % d’augmentation dont ils se sont goinfrés s’ils ne voyaient pas l’avenir avec sérénité au vu des gains de productivité ? Une augmentation de la productivité portée par les travailleurs et travailleuses mais qui voient leurs salaires gelés au nom de la sacro-sainte compétitivité.
Les travailleurs ont raison d’exiger une juste répartition des richesses et de stopper le fossé qui se creuse entre la réalité du terrain et les milliards engrangés par les entreprises. Cela passe, en outre :

  • via la liberté de négocier dans un cadre débarrassé de la loi de 1996 que nous appellerons désormais la loi 0 % car c’est elle qui boulonne nos salaires ;
  • via une fiscalité plus juste, en faisant contribuer le capital et les immobilisations financières ;
  • via le retour ou l’introduction, partout en Europe des mécanismes d’indexation des salaires ;
  • via le respect absolu de nos libertés syndicales et la fin de la criminalisation de nos légitimes actions.

Une augmentation de la productivité portée par les travailleurs et travailleuses mais qui voient leurs salaires gelés au nom de la sacro-sainte compétitivité.

HilLal Sor, Secrétaire Général

Partout, pour de meilleurs salaires

Nous étions des milliers et des milliers dans la rue ce 20 juin dans une manifestation dont le patronat ferait bien de mesurer la portée internationale qu’elle est en train de prendre.
Partout, les travailleuses et les travailleurs sont ou vont se mettre en actions pour de meilleurs salaires !
Hier Lisbonne, Londres et Rome, ce 20 juin Bruxelles, demain Madrid et dans le courant des semaines à venir certainement Paris et Athènes. En attendant d’autres capitales, le mouvement de colère qui couve dépasse de très loin les « jamais contents de petits belges » ! Nous nous sommes inscrits ce lundi 20 dans un début de soulèvement européen qui nous galvanise.

Une mobilisation européenne

Avec nos Camarades du Groupe d’Annecy avec lesquels nous siégeons au sein de nos instances européennes, nous mettons tout en œuvre pour qu’Industriall Europe ainsi que tous les secteurs représentés au sein de la CES organisent une grande et forte action européenne à la rentrée.

Parce que la période que nous vivons, celle de la réapparition du mot « travailleur pauvre » exige une mobilisation qui dépasse de très loin nos frontières !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire aussi x

Syndicats Magazine

GRATUIT
VOIR