Victime de harcèlement au travail ? Votre syndicat peut vous aider

Victime de harcèlement au travail ? Votre syndicat peut vous aider

Près de 20% des travailleurs et travailleuses belges sont confrontés à du harcèlement au travail au cours de leur carrière. La pandémie de coronavirus et le télétravail généralisé n’ont pas eu d’effet sur ces chiffres. Ceux-ci restent élevés. La situation de crise sanitaire aggrave même les tensions entre collègues, et fait apparaître de nouvelles formes de harcèlement.

Le harcèlement au travail se définit comme toute forme d’agression à caractère répété : blagues déplacées, rumeurs, isolement, moqueries… Comment réagir lorsque l’on en est victime ? Quelles sont les obligations de l’employeur ? Quel est le rôle des membres de la délégation syndicale ? Le SETCa lance une campagne visant à venir en aide aux travailleurs et travailleuses qui y sont confrontés.

« Je ne dormais plus, je voyais son visage partout »

Karine (prénom d’emprunt) a été victime de harcèlement au travail, il y a 20 ans. Elle a mis son témoignage par écrit, pour ne rien oublier. Mais aussi pour passer le cap. Elle nous raconte aujourd’hui son parcours. Le soutien d’un délégué syndical de son entreprise a pour elle été déterminant.

« J’ai commencé à travailler en 1989 pour mon employeur actuel, une grande entreprise de la région de Courtrai. J’y ai beaucoup de chouettes collègues, dont certains sont devenus des amis. Il y a plus de dix ans, j’ai changé de département. Mon nouveau supérieur était âgé d’un an de plus que moi et nous nous entendions très bien au début. »

« Au cours d’une conversation, celui-ci a fait remarquer que mon fils était stupide. Au début, j’ai cru à une blague, une blague déplacée, mais il y a impliqué toute ma famille : mes parents, mes beaux-parents…  Cela n’avait vraiment rien d’une plaisanterie. Et puis l’enfer a commencé. À partir de ce jour-là, je suis devenu sa cible et il a commencé à me faire constamment des remarques. J’étais trop grosse. Mon chemisier était trop serré. Ou trop large. Il y avait toujours quelque chose. Sur tout ce que je faisais. Sur tout ce qui concernait mon apparence. Il n’y a que mon travail sur lequel il n’avait apparemment rien à redire. Je faisais, et fais toujours, mon travail correctement. Mais je redoublais d’efforts pour qu’il ne puisse rien me reprocher. »

Les collègues de Karine remarquent la situation et lui conseillent de se plaindre auprès du service du personnel. Ce qu’elle hésite à faire. Le temps passe, la situation de Karine se dégrade. Résultat: elle finit par faire une dépression.

« Je me réveillais la nuit en panique. Son visage apparaissait tout le temps dans ma tête. Je ne pouvais plus me concentrer. »

Où trouver de l’aide ?

Karine se décide finalement à parler, mais le directeur du personnel lui répond qu’il n’y a pas de solution. Désormais contrainte à l’arrêt en raison de son état de santé, revenir travailler dans ces conditions est inenvisageable.

« Un délégué syndical de la FGTB est venu me rendre visite à la maison pendant cette période. Il m’a d’abord écoutée, ensuite conseillée. Mon délégué m’a dit de consulter un psychiatre, qui pourrait juger s’il valait mieux pour moi de rester à la maison en raison de mon état psychologique. C’est ce que j’ai fait, pendant plusieurs semaines. 

J’ai ensuite fait comprendre au Service externe pour la prévention et la protection au travail qu’il m’était impossible de reprendre le travail dans ces conditions. Finalement, une solution a pu être trouvée et j’ai été mutée dans un autre département. J’ai donc été sanctionnée, tandis que l’auteur du harcèlement, non. Mais j’ai dû me résigner à le faire. Avec le recul, nous sommes des années plus tard et cela a fonctionné pour moi. »

Victime de harcèlement au travail ? Vous n’êtes pas seul

Vous aussi avez besoin d’aide pour faire face à une situation de harcèlement ? Délégué.e, vous cherchez des informations pratiques pour aider vos collègues ? Le SETCa met des outils et des informations pratiques pour vous aider.

Campagne du SETCa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire aussi x

Syndicats Magazine

GRATUIT
VOIR